Lutte

Ensemble, avec cœur et élan

Depuis des siècles, la lutte fait partie des traditions vivantes de la Suisse. Impossible de dire avec précision depuis quand les jeunes hommes pratiquent ce sport en Suisse. Cela peut s’expliquer par le fait que, par le passé, la rédaction de comptes-rendus de ces fêtes de lutte ou l’établissement de classements écrits ne revêtait pas une grande importance. Cependant, quelques rares écrits laissent supposer que cette forme de lutte ancestrale déjà connue au Xe siècle. Une chose est certaine : ce sport était pratiqué par les armaillis et les montagnards. Cette forme de lutte revêtait une grande importance dans les régions de l’Oberland bernois, de l’Emmental et de l’Entlebuch, ainsi que dans les cantons de Schwyz, d’Appenzell, d’Obwald et de Nidwald, en particulier auprès des professionnels de l’agriculture et de l’artisanat traditionnel.

1895 – La première Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres a lieu à Bienne

L’Association fédérale de lutte suisse a été fondée le 11 mars 1895 au Café Born à Berne. Sous sa direction, la première Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres a été organisée à Bienne en 1895. Avec l’organisation régulière de la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres, le nombre de membres de l’association n’a cessé d’augmenter. Ainsi, on comptait 3411 membres en 1914 et déjà 13 100 en 1944. L’Association suisse de lutte suisse compte aujourd’hui près de 50 000 membres. Au fil des générations, elle a su transmettre et préserver les coutumes et les valeurs de la lutte suisse.

La charte de l’Association fédérale de lutte suisse stipule :
«La lutte est empreinte de respect et d’estime mutuels. Dans ce contexte, la camaraderie constitue un fondement essentiel, lequel est entretenu en conséquence. Nous voulons un sport propre et équitable et condamnons tout moyen auxiliaire non autorisé permettant d’améliorer les performances personnelles. Neutres sur le plan politique et confessionnel, nous sommes ouverts à tous les passionnés de lutte.»

Informations sur la compétition

Les 5 fédérations de l’Association fédérale de lutte suisse nomment de manière autonome les 280 lutteurs actifs autorisés à participer à une Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres. Selon la planification actuelle, l’Association de lutte suisse occidentale comptera 30 lutteurs actifs, l’Association de lutte de Suisse centrale 85, 58 membres représenteront l’Association cantonale bernoise de lutte, 65 l’Association suisse de lutte suisse du nord-est, tandis que l’organisatrice, l’Association de lutte suisse du nord-ouest, alignera 30 participants. Par ailleurs, 10 places sont encore disponibles pour les lutteurs étrangers.

Notation

Lors des Fêtes fédérales de lutte, un certain nombre de lutteurs sont éliminés au bout de quatre et six matchs. Après cinq matchs (après sept matchs pour une «Fédérale»), les deux lutteurs ayant obtenu le plus grand nombre de points s’affrontent en finale.

Des notes sont distribuées au vainqueur et au perdant pour chaque match. L’échelle des notes utilisée est de 8,25 à 10,00. Au final, le lutteur ayant obtenu le plus de points au total remporte la fête de lutte.

  • Match remporté: notes de 9,50 à 10,00
  • Match nul: notes de 8,50 à 9,00
  • Match perdu: notes de 8,25 à 8,75

Un match est perdu ou gagné lorsque

  • l’ensemble du dos
  • des fesses jusqu’au milieu des omoplates
  • ou de la nuque jusqu’au milieu des omoplates, touche le sol.